En 2016


- Tiers-payant généralisé : un « PAV » dans la mare
Par Vincent Pradeau (Le Cardiologue n° 394 - Septembre 2016)

La loi de Santé votée lors de la présente législature, prévoit un passage progressif au tiers-payant généralisé. Le premier étage de cette fusée a été mis sur orbite le 1 er juillet 2016 avec la recommandation de l’appliquer aux patients bénéficiant d’une prise en charge en ALD, le caractère obligatoire étant programmé pour le 1 er janvier 2017. Dans ce contexte, un certain nombre de difficultés de remboursement qui se réglaient entre le patient et la caisse - et dont le médecin n’avait connaissance que lorsque le patient se retournait vers lui avec une lettre en novlangue administrative in- compréhensible - vont se retrouver entre le médecin et la caisse. Le PAV pour « participation assuré » est le bon exemple pour le cardiologue du caillou dans la chaussure, présageant des soucis tarifaires contentieux qui ne vont pas manquer de se présenter.   

- QUE RISQUONS-NOUS SI LA NÉGOCIATION CONVENTIONNELLE N’ABOUTIT PAS ?

Plusieurs phases...   

- ATTENTION AUX ARNAQUES CONCERNANT LES AGENDAS D’ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE
Le Cardiologue n° 392 - Mai 2016

Certains cardiologues ont reçu des courriers en provenance de pseudo-organismes officiels...   

- « HOMMAGE DE LA CPAM DU NORD »
Le Cardiologue n° 392 - Mai 2016

A sa façon, même la CPAM du Nord a choisi de rendre hommage à Vincent Guillot ! En effet, un des derniers dossiers gérés par notre défunt ami s’est soldé par un succès le jour exact de son décès. Une confrère passée du secteur 2 au CAS avait eu de grandes difficultés la première année à se situer par rapport aux objectifs demandés en termes de taux et volume de dépassements. Elle (...)   

- Les dépassements en secteur 1
Par Catherine Sanfourche (Le Cardiologue n° 391 - Avril 2016)

Outre les majorations (MPC, MCS, MCC) que nous associons chaque jour à CS ou CSC, il est possible de demander des dépassements d’honoraires en secteur 1 hors CAS. Rappelons que cela ne modifie pas nos prises en charge de cotisation mais que, par contre, le patient ne peut être remboursé. Voici donc les deux possibilités et leurs contraintes respectives.   

- Vincent Guillot
Par Yves Decalf (Le Cardiologue n° 391 - Avril 2016)

Vincent Guillot nous a quittés le jour de son anniversaire, ce 14 avril 2016.   

- Contrat d’accès aux soins : les pièges. Comment les éviter.
Par Vincent Guillot (Le Cardiologue n° 389 - Février 2016)

Le contrat d’accès aux soins (C.A.S.) découle de l’avenant n° 8 de la convention 2011, signé le 25 octobre 2012 par l’UNCAM, l’UNOCAM, et les syndicats médicaux représentatifs (rappelons que le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Coeur et des Vaisseaux ne fait pas partie des syndicats représentatifs au sens de la Convention).   

- Les cotations d’échocardiographie du cardiologue de garde
Par Vincent Guillot (Le Cardiologue n° 388 - Janvier 2016)

Conformément aux différentes recommandations, la plupart des malades hospitalisés en unité de soins intensifs cardiologiques nécessitent la réalisation d’au moins un échocardiogramme. Par ailleurs, pendant sa garde, le cardiologue peut être amené à pratiquer en urgence des échographies sur des patients suivis dans d’autres secteurs de l’établissement.   

 
Page d'accueil du site   |   Ecrivez-nous  |
© 2014 SNSMCV - Site réalisé à partir du moteur SPIP