En 2015


- www.ameli.fr : comment l’utiliser pour connaître la réglementation applicable en pratique quotidienne
Par Vincent Guillot (Le Cardiologue n° 387 - Décembre 2015

Le site de l’Assurance Maladie est une source d’informations très précieuse pour connaître les différents aspects de la réglementation qui régissent notre pratique.

Un bon nombre des questions qui nous sont régulièrement posées au syndicat y trouvent une réponse, à condition de savoir l’utiliser correctement. Quelques exemples.

  

- Comment coter aux urgences cardiologiques
Par Vincent Guillot (Le Cardiologue n° 386 - Novembre 2015)

A la plupart des USIC est adossée une structure dédiée à la prise en charge en urgence des malades qui ne sont pas directement admis aux soins intensifs. Ces unités portent différents noms et sont parfois encore désignées, faute de mieux, sous le terme rébarbatif d’« ex-POSU ».

Certains des patients qui y passent seront finalement transférés à l’USIC et le cardiologue de garde codera les actes applicables aux soins intensifs cardiologiques, notamment le forfait de cardiologie de niveau 2, YYYY002 (57,60 €).

D’autres, par contre, après mise en observation et bilan, pourront regagner leur domicile le jour même. Comment alors peut-on coter les actes ainsi pratiqués ?

  

- Contrat d’accès aux soins : les caisses aussi doivent respecter la convention
Par Vincent Guillot (Le Cardiologue n° 385 - octobre 2015)

A propos d’un conflit avec une CPAM   

- Prescriptions de transport : RAPPELS À L’ORDRE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE
Par Vincent Guillot (Le Cardiologue n° 384 - Septembre 2015)

La réduction du coût des transports est l’un des objectifs actuels de l’Assurance Maladie.
Des cardiologues se sont fait rappeler à l’ordre car ils ne respectaient pas la réglementation.
Cela s’est produit notamment dans des centres de pacemakers où, pour des raisons de commodité, on avait pris l’habitude, pour les contrôles de stimulateurs, de délivrer systématiquement une prescription de transport d’une consultation à l’autre.   

- Prescriptions non substituables : bien connaître la réglementation
Par Vincent Guillot (Le Cardiologue n° 383 - Juin 2015)

L’Assurance Maladie a lancé une série de contrôles sur les prescriptions non substituables et, actuellement (Le Quotidien du Médecin du 15 mai 2015), 500 médecins font l’objet de contrôles approfondis de leur activité. C’est ainsi que des cardiologues ont été convoqués à leur CPAM pour expliquer et justifier leur pratique à cet égard.   

- Anticoagulants oraux directs (AOD) : comment bien utiliser les recommandations
Par Vincent Guillot (Le Cardiologue n° 383 - Juin 2015)

Les recommandations doivent être considérées comme une aide à la pratique. Elles ne sont pas légalement opposables. Leur non-respect peut néanmoins avoir une incidence médico-légale, surtout, en France, quand elles émanent de la Haute Autorité de Santé. En effet, très souvent dans leur décision, les juges prennent en compte les recommandations de la HAS.   

- Questions posées par des cardiologues
Par Vincent Guillot (Le Cardiologue n° 380 - mars 2015)

Nous recevons régulièrement au Syndicat des questions diverses, posées par nos adhérents. Les réponses peuvent intéresser l’ensemble des cardiologues. Certains sujets ont déjà été traités, mais le fait qu’ils fassent encore l’objet d’interrogations mérite qu’on y revienne.   

- LE TIERS-PAYANT SUFFIT-IL POUR AMÉLIORER LA SANTÉ DE SES BÉNÉFICIAIRES ?
Par Vincent Guillot (Le Cardiologue n° 379 - Février 2015)

La question peut paraître provocatrice. Elle mérite néanmoins d’être posée si l’on s’en réfère à différentes études.   

- Associations d’actes en cardiologie
Par Vincent Guillot (Le Cardiologue n° 378 - Janvier 2015)

Ce thème a déjà été évoqué à de nombreuses reprises dans Le Cardiologue. Malgré cela, nous devons y revenir car nous continuons à recevoir au syndicat de nombreuses questions sur ce sujet qui n’est pas toujours bien compris. Il faut dire que les règles (les dispositions générales) qui régissent la NGAP et la CCAM sont le plus souvent archaïques et irrationnelles, déconnectées de la pratique, et qu’il est difficile de les comprendre.   

 
Page d'accueil du site   |   Ecrivez-nous  |
© 2014 SNSMCV - Site réalisé à partir du moteur SPIP