Les éditoriaux de 2005


- L’impasse
Le Cardiologue n° 287 (Décembre 2005)

Retour sur les efforts de maîtrise réalisés par les cardiologues et l’ensemble des spécialistes en matière de dépenses de santé.   

- Marché de dupes
Le Cardiologue n° 286 (Novembre 2005)

Qu’ont "gagné" les cardiologues à jouer le jeu de la nouvelle convention médicale ?   

- Réflexions sur la maîtrise médicalisée...
Le Cardiologue n° 285 (Octobre 2005)

Les médecins libéraux sont de bons élèves, c’est la CNAM qui le dit.   

- Bons élèves ?
Le Cardiologue n° 284 (Septembre 2005)

Comme l’écrit très justement Jean-Pol DURAND ailleurs dans ce site, les médecins libéraux apparaissent, pour une fois, comme les bons élèves de la maîtrise médicalisée.
Certes l’année n’est pas terminée, mais pour la première fois depuis 10 ans l’évolution des dépenses de ville dans leur ensemble et notamment des honoraires médicaux est inférieure à l’objectif national (ONDAM) ; et cela alors que, à l’inverse, on assiste à un dérapage imprévu des dépenses hospitalières qui, elles, dépassent largement l’enveloppe votée au Parlement.
C’est (...)   

- Coup de chaleur au mois de juillet ?
Le Cardiologue n° 283 (Juin 2005)

Au moment où le nouveau Premier Ministre déclare sans ambiguïté dans son discours de politique générale qu’il ne tolèrera aucun nouveau dérapage des dépenses de santé, ses deux ministres en charge de la Santé et de la Sécurité Sociale confirment, pour répondre aux allégations de MG-France et de la Mutualité Française, que le dispositif du médecin traitant sera bien effectif au 1er juillet.
Mieux, ses missions qui sont « d’assurer le premier niveau de recours aux soins, d’orienter le patient sur le parcours de soins et de (...)   

- Où l’on reparle de démographie
Le cardiologue n° 282 (Mai 2005)

En 2004, l’observatoire national des professions de santé élaborait dix scénarios destinés à préfigurer, en fonction des mesures prises par les pouvoirs publics, le nombre et la répartition des médecins sur le territoire.
Nous avions alors souligné les dangers potentiels que certaines dispositions pouvaient faire courir à la médecine spécialisée française, qui risquait même de disparaître à moyen terme, à l’image de ce qui s’était produit en Angleterre.
Cette fois, le nouveau rapport Berland, fraîchement publié, s’est attaché, à la (...)   

- Convention : pourquoi il faut s’opposer à la “Double peine”
Le cardiologue n° 281 (Avril 2005)

Le parcours de soins instauré par la loi du 13 août 2004 et mis en place avec la convention 2005 a reçu, faut-il le rappeler, le soutien unanime de notre syndicat.
Nous sommes notamment favorables :
à la notion de médecin traitant, médecin de premier recours et responsable de la coordination des soins ;
à la généralisation d’un Dossier Médical Personnel (DMP) à condition qu’il soit simple d’emploi et réellement exhaustif
et à l’octroi d’une majoration tarifaire pour soins coordonnés.
En revanche, nous sommes (...)   

- La rémunération des gardes en USIC ou le nouveau parcours du combattant
Le cardiologue n° 280 (Mars 2005)

On se souvient que, grâce à l’action syndicale, l’arrêté du 30 novembre 2004, publié au J.O. du 1er décembre et repris dans la Convention Médicale du 12 janvier 2005, permet aux cardiologues de garde en USIC de percevoir une rémunération forfaitaire la nuit et les dimanches ou fériés (228,68 €).
Voilà pour le principe.
Mais les modalités d’application ne sont pas tristes...
Tout d’abord pour entrer en vigueur, cette rémunération doit s’inscrire dans le cadre général des « réseaux de professionnels de santé libéraux », seuls (...)   

- CCAM 2005, le bout du tunnel ?
Le cardiologue n° 279 (Février 2005)

Cette fois nous y sommes ou presque...
Le protocole d’accord qui fixe les tarifs 2005 et les modalités d’application de la CCAM technique vient d’être conclu entre l’assurance maladie et les syndicats. La date d’entrée en vigueur est fixée au 25 mars 2005 « sous réserve de la publication des textes réglementaires qui s’y rapportent ».
C’est dire qu’il y aura peut-être encore quelques jours de retard.
Grâce à la détermination et à l’action sans relâche de votre syndicat, la cardiologie non invasive, initialement (...)   

- CCAM : le feuilleton continue...
Le cardiologue n° 278 (Janvier 2005)

Alors que la tarification à l’activité doit théoriquement entrer en vigueur dans quelques jours, que le décret sur l’évaluation des pratiques est encore en attente et que la FMC dite obligatoire n’en finit plus de piétiner, de sérieuses incertitudes planent sur la date et les modalités d’application de la CCAM.
Prévue pour codifier et (re)tarifer 7.200 actes techniques en lieu et place des quelques 1.500 actes de la NGAP, elle devait se déployer dès le 1er juillet 2004, avant d’être repoussée au 1er octobre, puis au (...)   

 
Page d'accueil du site   |   Ecrivez-nous  |
© 2014 SNSMCV - Site réalisé à partir du moteur SPIP