En 2017


Echos des centrales

Election présidentielle : la FMF présente son plan « de renouveau » pour la santé à 42 milliards d’euros

Par Yves Carat (Le Cardiologue n° 399 - Février 2017)

Mis en ligne le 8-03-2017
Son président, le Dr Jean-Paul Hamon, a dévoilé le 25 janvier 2017 au cours d’une conférence de presse les principales mesures proposées aux candidats à l’élection présidentielle sous la forme d’un plan de « renouveau » pour la santé financé par 42 milliards € d’économies.

Le syndicat a organisé son plan de réforme du système de santé autour de trois principaux axes : la régulation de l’accès à l’hôpital, la revalorisation des médecins libéraux leur permettant d’embaucher du personnel pour mieux accueillir les soins non programmés et désengorger les urgences, et le déblocage de moyens pour les services médico-sociaux leur permettant de « mettre en œuvre sur simple demande de l’infirmière ou du médecin traitant, un portage de repas et/ou une auxiliaire de vie ».

La FMF suggère d’abord de concentrer l’hôpital sur son cœur de métier, l’hospitalisation, en procédant à une régulation préalable (sur courrier du médecin traitant ou d’un spécialiste) en dehors des urgences, en réorganisant les SAMU par la mise en place d’intervenants similaires aux « Paramedics » américains, et à supprimer l’Hospitalisation A Domicile (HAD) au profit d’une organisation coordonnée des soins par les professionnels de santé libéraux.

Jean-Paul Hamon a insisté sur la mise en place d’une coordination réelle entre la ville et l’hôpital grâce aux messageries sécurisées, en instaurant un forfait structure pour les médecins libéraux qui y ont recours, et en supprimant les subventions aux établissements qui ne communiquent pas « en temps réel » avec les praticiens de ville.

Le plan de la FMF veut un investissement pour les médecins libéraux, notamment dans leurs « outils de travail », la mise en place d’un secteur unique « revalorisé » garantissant un tarif opposable « pour les patients économiquement faibles » et les soins programmés non urgents, tout en laissant un espace de liberté tarifaire « pour les autres actes ».

La FMF a réitéré ses critiques sur les propositions des deux finalistes des « primaires citoyennes » de gauche, Benoît Hamon et Manuel Valls, visant à supprimer la liberté d’installation ou à instaurer un conventionnement sélectif des médecins libéraux.


Transformer l'article ci-dessus en PDF


 
 
Page d'accueil du site   |   Ecrivez-nous  |
© 2014 SNSMCV - Site réalisé à partir du moteur SPIP